« Les « handicaps rares » dans les transformations du secteur médico-social. Analyse socio-historique de la construction et des usages pratiques de la
catégorie entre 1960 et 2013 »

Projet  IREPS-CNSA 2013 : Le CNRHR Robert Laplane comme le CNRHR La pépinière participent à la recherche coordonnée par Myriam Winance, chargée de recherche Inserm au sein du laboratoire Cermes3 (Cnrs, Inserm, Ehess, université Paris-Descartes). Cette recherche est financée dans le cadre de l’appel à recherches «Handicaps rares – Session 2 » de l’Iresp (fonds CNSA).

Le CNRHR Robert Laplane est plus particulièrement concerné par le troisième volet de cette recherche « L’originalité des centres ressources nationaux « handicaps rares » dans le secteur médico-social et les évolutions de ce dispositif ». Une convention de deux ans a été signée entre le CNRHR Robert Laplane et le laboratoire Cermes3 au printemps 2014. Dans ce cadre, Louis Bertrand, sociologue, post-doctorant est venu environ une fois par semaine depuis mars 2014 et a effectué les tâches suivantes :

– recherche documentaire (rapports d’activités, autres documents)

– observations de réunions,

– entretiens informels avec les différents membres de l’équipe (parfois enregistrés),

– travail statistique sur la base de données usagers anonymisées,

– depuis fin 2014, étude de parcours de demandeurs à partir d’un échantillon de 30 dossiers individuels et entretiens avec les professionnels concernés..

Le document est en cours de finalisation.

   Le projet  EVASIGNE: l’évaluation des compétences en langue des signes française : enjeux clinique et linguistiques

Les porteurs du projet sont : Bogliotti Caroline, Paris Ouest, 
                                              Blondel Marion, CNRS Paris 8
                                              Sallandre Marie-Anne, Paris 8
Les membres associés sont:   Puissant-Schontz Laetitia, Paris Ouest
                                                Schoder Camille, Paris 8
                                                Heouaine Saliha, Institut National de Jeunes Sourds de Paris (INJS Paris)
Mme Agnès Vourc’h et Mr Rachild Benelhocine du CNRHR Robert Laplane participent à cette recherche.
Objet de l’étude:
A l’heure actuelle, nous ne savons pas comment évaluer les compétences en langue des signes (LS) d’un enfant sourd. Comment savoir quel est le niveau de compréhension ou de production d’un enfant sourd ? Comment savoir quelle composante de la LS pose problème à un jeune locuteur sourd ? Comment s’adapter à ses compétences linguistiques ? L’absence d’outil d’évaluation des compétences en LSF est vraiment préjudiciable à la recherche française, particulièrement pour les recherches en psycholinguistique et psychologie cognitive. Mais il est également préjudiciable pour tous les professionnels confrontés aux compétences langagières d’un enfant sourd : enseignants, éducateurs, orthophonistes, psychologues, etc.
Aussi, l’objectif de ce projet est de créer un outil d’évaluation standardisé des compétences linguistiques en LSF, outil inexistant actuellement. Les enjeux sont pluriels : enjeu pratique d’une part, car il répond à une demande de nombreux professionnels (enseignants et praticiens) ; enjeu linguistique car il peut aider à une meilleure description linguistique de la LSF. Enfin, un enjeu scientifique car cet outil devrait nous permettre de mener à bien nos recherches. En effet, notre
objectif principal est d’évaluer le trouble spécifique du langage oral en LSF, savoir le distinguer du retard de langage, et plus largement distinguer les incidences physiologiques des facteurs environnementaux et sociétaux sur les compétences langagières, les facteurs environnementaux étant plus que discriminants pour le seul accès à la langue signée.

   « Emplois, métiers et professionnalisations dans la prise en compte du handicap rare ».

Projet  IREPS-CNSA 2011 : réalisé par un laboratoire de l’Université de Reims sous la responsabilité de Marc FOURDRIGNIER.

Les professionnels du CNRHR Robert Laplane ont été sollicités pour des entretiens, des professionnels des établissements partenaires du CNRHR Robert Laplane ont été également interrogés. Le rapport final a été déposé en septembre 2014.

Citons juste un élément de la conclusion de ce rapport :

« Pour en revenir à la question des emplois, des métiers et des professionnalisations, il ne nous semble pas que la constitution d’un « nouveau métier » soit une réponse pertinente à la professionnalisation nécessaire de ce champs d’activité. Par contre, des stratégies peuvent être envisagées, notamment dans le cadre du nouveau schéma national. En effet, les compétences existent, réparties dans les différents lieux du handicap rare.  Il s’agit moins de former les acteurs des établissements et des services que de leur permettre de confronter leurs compétences spécifiques et celles d’autres acteurs des niveaux local, régional et national en vue d’une formalisation des dynamiques à l’œuvre. »